Faut-il réveiller les belles endormies ?

Carven, Courrèges, Guy Laroche, Rochas, Léonard… Après avoir longtemps sommeillé suite à la disparition de leur créateur, elles renaissent de leurs cendres sous la houlette de jeunes designers, et s’appuient sur l’aura que suscite le nom de leur marque.

Par Alicia Publié le 30 novembre 2016 Partager

Alors que les grandes maisons de luxe prouvent par leur parcours qu’elles savent survivre à leurs créateurs tout en s’appuyant sur leurs archives si cela s’avère nécessaire, les maisons plus modestes, à l’histoire connue mais moins flamboyante (Carven, Courrèges, Guy Laroche, Rochas, Balmain…) renaissent de leurs cendres. Sous la houlette de jeunes directeurs artistiques, elles.

Ce contenu est reservé aux abonnés

NellyRodi Accèdez à toute La Revue et aux outils NellyRodi
Forfait Mensuel (Renouvelable automatiquement chaque mois) 200€ HT ou 1500 € HT à l’année S'abonner
Forfait Éditions

Tous les bénéfices du forfait annuel + Éditions Digitales Sur demande

Nous contacter