Haptic Era

Après la 3D et la réalité virtuelle, la technologie haptique disrupte le commerce et propulse l’homme vers l’internet du toucher.

Par Soège Lecocq Publié le 06 avril 2020 Partager

Intelligence artificielle, réalité virtuelle (VR), réalité augmentée (AR), retour haptique… La vitesse fulgurante de l’innovation, tirée par la technologie, nous propulse chaque jour un peu plus vers l’ère de l’« hyper-réalité ». Un néo-concept visant à faire converger monde réel et monde digital.

Si l’AR et la VR sont déjà acquises dans le divertissement, le retail ou encore la communication – elles ont vu une augmentation de 12% des investissements entre 2016 et 2017 atteignant 3 milliards de dollars cette année là – la technologie haptique reste encore peu connue. Pourtant, elle est considérée comme l’un des quatre piliers de l’ère « post-numérique ».

Expérience du toucher = plus interactive et émotionnelle

La technologie haptique crée une interaction sensorielle entre l’écran et le monde vivant, et simule la sensation du toucher, rendant possible la manipulation d’objets virtuels. Une illusion d’interaction physique qui fait basculer l’expérience immersive jusqu’ici réservée au visuel, à l’odorat et à l’ouïe, à une expérience du toucher. Et in fine, à une immersion beaucoup plus émotionnelle.

Beaucoup d’acteurs ont dores et déjà rejoint la course à l’exploitation du retour haptique afin de transformer leurs offres. Et si aujourd’hui la forme la plus démocratisée reste celle de l’Iphone qui permet depuis 2015 grâce à son 3D Touch et à un certain niveau de pression, d’accéder à plusieurs fonctionnalités du téléphone, les dispositifs haptiques ont vocation à ré-enchanter tous les secteurs, du divertissement à l’éducation, en passant par le retail.

© Apple

L’e-achat multi-sensoriel

La vente au détail a rapidement adopté cette innovation avec une approche plus pratique et quotidienne de la technologie. Le plus grande market-place du monde, Alibaba, a par exemple développé Refinity, sa propre interface permettant de visualiser les produits à distance, grâce à un affichage 3D auto-stéréoscopique et à un dispositif haptique. Une technologie que le mastodonte utilisait déjà pour permettre aux non-voyants de commander des produits en totale autonomie.

Dans la même lignée, le détaillant en ligne Bonobos a collaboré avec la société de technologie Tanvas afin de créer une interface qui simule virtuellement la texture de n’importe quel produit disponible sur la plateforme à partir d’une tablette. Une percée pour les achats en ligne puisqu’elle permet de relier les deux mondes du bout des doigts. 

Au-delà de sa praticité, cette technologie est à même d’activer un levier beaucoup plus fondamental : celui de l’émotion. « Le toucher est important pour créer de la confiance et de l’empathie, comme quand les bébés développent une première connexion avec leur mère par un simple toucher », souligne Ryo Tada, créatrice de la plateforme haptique Fulu. L’interface de projection sensorielle qu’elle a créé permet de faire ressentir les moindres subtilités de certaines matières organiques à son utilisateur. Notamment la texture du sable, de la mer ou encore des poils d’un animal domestique, simplement en insérant un embout haptique sur son ongle.

Interface Fulu FULU by Ryo Tada © Deo Suveera

Haptic tech = video-game changer

Et les marques ont vite compris qu’il existait des opportunités infinies, notamment dans l’industrie du divertissement, et celle du gaming évaluée à plus de 150 milliards de dollars en 2019. Alors que la VR et l’AR étaient déjà en mesure de créer des expériences en totale immersion, l’ajout de la technologie haptique permet d’aller beaucoup plus loin dans l’illusion multi-sensorielle. Poussée à bout, l’haptique neuro-contrôlée donnera à ces expériences, le composant interactif tant attendu, plongeant le joueur dans une hyper-réalité totale.

Les parcs de réalité virtuelle à thème s’accaparent les jeux dotés de la technologie haptique et insufflent un renouveau à ces lieux considérés comme old-school par les Gen Zers. Il y a deux ans, Disney Research dévoilait sa « Force Jacket », une veste à « retour de force » capable de créer des sensations physiques à l’utilisateur qui la porte. Aujourd’hui, c’est la Teslasuit qui révolutionne l’univers du gaming avec une combinaison constituée de 92 balises électriques permettant au joueur de ressentir la chaleur, le froid, les décharges électriques… 

© Teslasuit

Du coté de la mode, la marque de vêtements connectés de Google Jacquard, intègre elle aussi le retour haptique à ses tissus. Le but : développer des lignes de vêtements et accessoires intelligents comme celles élaborées avec Levi’s et Saint Laurent, et permettre aux utilisateurs d’être signalés des notifications reçues sur smartphone par la branche sensorielle, autre que celle procurée par le vibreur du téléphone.

© Jacquard by Google

Les prémices d’une révolution éducative

L’éducation n’y échappe pas et montre même les prémices d’un tout nouveau système éducatif ré-imaginé au prisme de la VR haptique. La société de logiciels éducatifs Immersive Education développe des scénarios de réalité virtuelle sur les grands évènement historiques et permet aux étudiants d’assister aux premiers pas de l’Homme sur la Lune, au naufrage du Titanic, ou encore d’explorer les fonds marins en « hyper-réalité », et transforme l’apprentissage en une expérience interactive résolument ludique. 

 

 

Crédit image de couverture : © Louise Hagger

Tags: #digital #immersion tactile #technologie haptique #haptic tech #technology

Poursuivre
l'immersion

Next

Black Is The New Black

En réponse à la sur-sollicitation ambiante, le noir (re)devient l’incarnation technique et créative de l’élan sur l’authenticité et la reconnexion aux fondamentaux.

more

Narrative Brands

A l’heure de l’ultra-divertissement, les marques s’adaptent et développent
de nouveaux formats pour attirer, inspirer et engager leur communauté. Entre théatralisation du retail et interaction avec l’utilisateur, le shopping se transforme en un véritable divertissement.

more