Fashion Revolution Week

Comment l’organisation Fashion Revolution essaie-t-elle de changer changer l’écosystème global de la mode ?

Par Vincent D Contactez
NellyRodi #Mode
Publié le 10 janvier 2018 Partager

A l’ère de la surproduction et de la surconsommation, une organisation à but non lucratif se bat pour changer la manière dont les marques produisent et dont les clients consomment.

Créée en 2017 par des designers, des universitaires, des journalistes, des écrivains ou encore des dirigeants de grands groupes, cette organisation appelée « Fashion Revolution » encourage les gens à reconnaître l’immense pouvoir que ces derniers ont sur les marques et la nécessité de trouver de nouvelles solutions.

© fashionrevolution.org

Célébrant le triste drame de l’effondrement de l’usine H&M au Bangladesh le 24 avril 2013 au cours duquel plus de 1138 personnes avaient péri, la seconde édition de la « Fashion Revolution Week » aura lieu du 23 au 28 avril 2018. Comme l’année précédente, la semaine sera ponctuée et ce, partout dans le monde, d’interventions, de tables rondes ou encore d’émissions dédiés aux différents sujets contemporains concernant l’écosystème globale de la mode.

© A.M. Ahad

Au moment-même du lancement des soldes en ce début d’année 2018, il est important de rappeler que de très nombreux consommateurs se sont unis pour dénoncer l’opération commerciale du « Black Friday », jugée comme incitant à la surconsommation. Une pétition appelée « Le Black Friday, ce sera sans moi » avait vu le jour et le groupe Camif avait décidé de fermer leur site toute la journée de l’opération.

Le sujet vous intéresse ?

Contactez notre équipe NellyRodi Mode

Poursuivre
l'immersion

Next

Nouveaux Naturels

Place aux nouveaux naturels qui sont, cette saison, radicalement chics et intenses…

Sensualité réinventée

L’actualité et les bouleversements profonds des sociétés qu’elle promet, accélèrent et élargissent la réflexion, le rapport au corps des femmes et à leurs modes d’expression. Le marché de la lingerie n’a pas attendu la récente libération de la parole féminine (#metoo) et les conséquences du scandale Weinstein pour illustrer de nouveaux codes de féminité.