« Niido powered by Airbnb », le nouveau projet Airbnb

Après de nombreuses évolutions de son offre ces derniers mois, Airbnb vient de dévoiler l’un de ses derniers projets…

Par Ellie Michel Publié le 16 octobre 2017 Couleur liées NellyRodi
Partager

Après de nombreuses évolutions de son offre ces derniers mois (agence de voyage, plateforme de réservation de vols, réservation de restaurants en collaboration avec Resy), Airbnb vient de dévoiler l’un de ses derniers projets, « Niido powered by Airbnb ».

La société travaille en collaboration avec le Newgard Development Group, un promoteur immobilier en Floride, dans la construction d’un immeuble Airbnb. L’objectif ? Louer les 300 logements à des particuliers qui souhaiteraient par la suite les sous-louer via la plateforme, pour une durée maximum de 180 jours par an.

L’immeuble possèdera des services de nettoyage des appartements et de la literie, une réception, et une application dédiée à la gestion de location. Les appartements seront également équipés des rangements sécurisés pour les locataires.

Airbnb répond une nouvelle fois à ses détracteurs, après avoir mis en place le « Friendly Building Program », destiné à aider les propriétaires à définir les conditions pour les locataires souhaitant sous-louer leurs biens sur Airbnb, obtenant s’ils le souhaitent une répartition des revenus sur les bénéfices.

Le géant américain de l’hôtellerie 3.0 déclare vouloir éliminer les obstacles en encourageant le partage à domicile et en créant des solutions pour tous.

Ce premier immeuble marque le début d’une nouvelle étape pour Airbnb, qui souhaite proposer 2000 logements de ce type d’ici 2 ans…

Tags: #partage #hôtellerie #airbnb #newgard development group #sous-location #niido powered by airbnb #niido powered

Poursuivre
l'immersion

Next

Single, Not Sorry

Considérée comme le plus grand changement démographique depuis le Baby-Boom, l’évolution des statuts matrimoniaux n’est pas une tendance mais une modification pérenne des sociétés contemporaines.

Fashion as a Service

Alors que de part et d’autre on pointe l’impact écologique de la mode, la valeur ajoutée perçue et payée par le consommateur se déplace vers les services, et la performance d’usage. L’image même de la priorité citoyenne autour du nouveau contrat de consommation : Less is More.